page hit counter
Dernière nouvelles

Hémorroïdes : 75% des plus de 45 ans souffrent de ce problème intime tabou

hémorroïdes

Les crises hémorroïdaires, qu’on appelle communément les hémorroïdes, sont un phénomène fréquent qui touche jusqu’à 75% des plus de 45 ans. Beaucoup n’osent pas en parler en public, le considérant comme un problème embarrassant. Ils ne cherchent donc pas à soigner les symptômes et attendent que ça passe ou que cela devienne ingérable pour aller consulter. Or, il existe aujourd’hui des solutions naturelles qui permettent de soulager l’inconfort occasionné par ces crises qui apparaissent de manière souvent imprévisible.

Qu’est-ce qu’une crise d’hémorroïdes et quelles en sont les causes ?

Avant de parler des crises hémorroïdaires, un petit cours d’anatomie s’impose. Les hémorroïdes sont des vaisseaux sanguins que l’on retrouve dans le canal anal. Elles ont pour rôle principal, à l’instar de tous les vaisseaux sanguins du corps humain, d’alimenter la zone rectale en oxygène et en nutriments essentiels. Leur fonction ne se limite pas à cela, car les hémorroïdes, de par leur forme saillante ressemblant à des coussinets, permettent également de faciliter l’évacuation des selles. Aussi, sachez qu’il existe des hémorroïdes internes et d’autres externes.

Or il arrive que les hémorroïdes se mettent à gonfler à cause d’une stagnation du sang, provoquant des douleurs inconfortables, voire parfois des saignements pour les cas les plus graves. C’est-ce qu’on appelle une crise hémorroïdaire. La communauté scientifique n’arrive pas à expliquer de manière certaine les raisons derrière cela, même si plusieurs facteurs sont mis en avant : l’âge, la sédentarité, des diarrhées ou des constipations fréquentes, une alimentation pauvre en fibres, la grossesse, l’hérédité (gènes), l’obésité, et la vieillesse.

Comment soigner les crises d’hémorroïdes?

Avant de traiter, il convient tout d’abord d’être sûr qu’il s’agit bien d’une crise hémorroïdaire en identifiant les principaux symptômes. Lorsqu’il s’agit d’hémorroïdes externes, les symptômes les plus courants sont des démangeaisons et des irritations au niveau de la région anale, des douleurs ou des sensations d’inconfort, un gonflement ressenti autour de l’anus, et parfois des saignements. Les hémorroïdes internes sont plus sournoises et causent moins de gêne. On peut tout de même suspecter une crise hémorroïdaire s’il y’a du sang de couleur rouge vif dans les selles, ou si une hémorroïde devient saillante au point de sortir de l’ouverture anale. Remarquez qu’en cas de saignements répétitifs, une consultation chez un médecin est fortement recommandée pour éliminer d’autres causes possibles.

Concernant les soins, ils dépendront du degré de gravité des crises et de leur fréquence. Pour les cas extrêmes récurrents, un traitement chirurgical est souvent indiqué. Il peut consister en l’ablation pure et simple d’une hémorroïde, ce qu’on appelle l’hémorroïdectomie. Cette opération ce fait soit par excision chirurgicale, ou par utilisation d’une ligature élastique qui étouffe l’hémorroïde en la privant d’irrigation. Cette dernière finit par tomber au bout d’une semaine en moyenne.

Il y’a également des traitements médicamenteux, naturels ou chimiques, qui visent à soulager les symptômes. Il existe ainsi des crèmes pour hémorroïdes https://www.shytobuy.fr/creme-hemago-maxmedix-hemorroides.html à appliquer localement et qui apaisent quasi instantanément la sensation d’inconfort. Au-delà des topiques, on retrouve également des remèdes déclinés sous forme de suppositoires ou de comprimés destinés là encore à estomper la gêne occasionnée par les crises hémorroïdaires.

Toujours dans le registre des soins naturels, les bains de siège froid donnent des résultats assez satisfaisants. Cela consiste à tremper la zone concernée dans de l’eau froide pendant 10 à 15 minutes, 2 fois par jour et avant les repas. Si vous trouvez cet exercice difficile, vous pouvez aussi utiliser des glaçons que vous appliquerez localement. Le froid permet de diminuer le diamètre des vaisseaux sanguins (vasoconstriction), ce qui soulage là aussi la sensation d’inconfort.

Comment prévenir les hémorroïdes ?

Les personnes qui souffrent fréquemment de crises hémorroïdaires se retrouvent souvent obligées d’en déterminer les causes afin de diminuer les risques de récidive. La prévention reste donc une bonne option, du moment que l’on arrive à trouver le ou les coupables aux crises répétitives.

Le plus simple est d’éliminer les facteurs de risques qui ont été énumérés plus haut. Optez pour un régime riche en fibres et buvez beaucoup de liquides pour éviter certains troubles que l’on soupçonne être des déclencheurs de crises d’hémorroïdes, comme la diarrhée ou la constipation. Évitez aussi de passer moins de temps sur le trône afin de ne pas accentuer la pression sanguine sur la région rectale. Il est ainsi recommandé de ne pas pianoter sur son téléphone ou de lire des magazines lorsque vous allez à la selle.

Toujours dans le registre de la prévention, la perte de poids est également grandement recommandée. Statistiquement, les personnes obèses sont plus enclines à faire des crises d’hémorroïdes que les personnes ayant un indice de masse corporelle normal. Enfin, sachez que certains aliments peuvent aussi favoriser les crises hémorroïdaires, notamment les épices fortes comme le piment.  De manière générale, une alimentation équilibrée et variée, composée essentiellement de fruits et de légumes, de céréales complètes, de fruits secs, de poisson et de viandes blanches est fortement conseillée par les diététiciens pour prévenir les crises hémorroïdaires.

Afficher
Cacher