page hit counter
Dernière nouvelles

Emprunt : l’assurance décès invalidité comme garantie pour les banques

Aujourd’hui, lorsque l’on souhaite effectuer un prêt immobilier, les banques exigent généralement que l’on souscrive en parallèle une assurance décès-invalidité. Quelle est en est la raison ? Quels sont les avantages d’une telle garantie ? Quelles en sont les formules possibles ? Combien ça coûte ? Quels conseils avant de souscrire ? Réponses dans cet article.

Assurance décès-invalidité (ADI) : en quoi ça consiste ?

Connue également sous l’appellation d’« assurance emprunteur », l’assurance décès-invalidité permet à la banque prêteuse d’être garantie contre le risque de décès ou d’invalidité de l’emprunteur.

En plus clair, dans l’hypothèse où l’emprunteur décèderait subitement ou se trouverait être dans un état d’invalidité permanente ou temporaire qui l’empêcherait d’avoir une activité rémunératrice, l’assureur se substituera à sa personne pour rembourser le reliquat de l’emprunt immobilier contracté. A cet énoncé de principe vient s’agréger en pratique différentes formulations possibles en fonction de la situation des parties.

Attention : ne pas confondre assurance décès et assurance obsèques ! Ce sont deux produits totalement différents qui n’offrent pas du tout les mêmes garanties à l’assuré. Si vous souhaitez en savoir plus sur les assurances obsèques, Lassurance-obseques.fr propose un guide très complet à ce sujet.

Comment ça marche ?

Pour ce qui concerne tout d’abord la garantie en cas de décès, elle peut être souscrite de manière intégrale ou partielle. Dans la première hypothèse, lorsque le risque de décès se réalise effectivement, l’assureur s’engagera à rembourser le reliquat du prêt contracté à 100%. Dans la seconde hypothèse par contre, l’assureur ne remboursera que partiellement (généralement à hauteur de 50%) le montant de l’emprunt souscrit.

La première formule est ainsi celle qui est la plus indiquée pour les couples qui empruntent à deux pour s’offrir leur petit nid d’amour. En effet, grâce à la prise en charge intégrale promise, si l’un des deux conjoints venait à disparaître tragiquement, l’autre n’aurait plus au moins à se soucier du remboursement de l’emprunt immobilier contracté.

L’assureur s’en chargeant en effet complètement. En revanche, si le couple opte pour une garantie partielle (ex : 50%), au décès de l’un des conjoints, le conjoint survivant aura à supporter le remboursement de la quotité non prise en charge par l’assureur.

Pour ce qui est à présent de l’assurance invalidité, elle se décline là aussi généralement selon deux formulations possibles. La première vient garantir la banque prêteuse contre l’éventualité d’une perte totale et irréversible d’autonomie de l’emprunteur. En plus clair, dans cette l’hypothèse, l’assuré (l’emprunteur), se trouverait dans un état de léthargie totale qui l’empêcherait littéralement d’effectuer un quelconque acte de la vie courante.

Dès lors que cet état d’invalidité totale sera établi, l’assureur prendra le relais et remboursera à la banque le reliquat du prêt contracté.

Mise à part l’hypothèse de la perte totale irréversible d’autonomie, l’assurance invalidité permet également de couvrir ce qu’on appelle le risque de non remboursement dû à une incapacité temporaire totale ou de travail.

En clair, si vous ne pouvez absolument pas exercer votre métier de manière temporaire, ou encore si vous avez perdu votre emploi, l’assureur prendra en charge les remboursements du prêt immobilier que vous aviez contracté. Selon la formule que vous aurez choisie au moment de la souscription à la police, cette prise en charge sera intégrale ou simplement partielle.

Pour résumer, En souscrivant une assurance décès lors de votre prêt immobilier, votre co-emprunteur (si vous en avez un) ou vos héritiers ne seront en aucun cas redevables des remboursements du prêt contracté. Cette assurance agit comme une garantie de remboursement à la banque des sommes de l’emprunt immobilier et le paiement du montant due par celui qui emprunte.

Les avantages procurés par l’assurance-emprunteur

L’assurance emprunteur est un bon compromis qui permet de préserver les intérêts tant de la banque prêteuse que ceux de l’emprunteur. Pour ce qui est de l’établissement de crédit, cette formule permet en effet quoiqu’il arrive de garantir le remboursement intégral du prêt contracté. Quant à l’emprunteur, l’ADI est un bon moyen de protéger sa famille contre la lourde charge du remboursement d’un prêt immobilier.

Coût d’une ADI

D’une manière générale, le coût d’une assurance décès-invalidité se situe autour de 10% du montant total des mensualités dues par l’emprunteur. Mais à vrai dire, dans la pratique, le montant des primes est surtout fonction du risque présenté par l’assuré. Ainsi, si le candidat à l’assurance exerce par exemple une profession dangereuse ou s’il présente des problèmes de santé, l’assureur intègrera ces variables dans son calcul.

Nos conseils pour bien souscrire

Au jour de la souscription de l’assurance de votre prêt immobilier, il est primordial de bien examiner les différentes options/prestations du contrat. Surtout, de vérifier que les conditions offertes par les clauses de l’assurance permettent bel et bien de rembourser le crédit immobilier que vous pourriez laisser à vos éventuels héritiers. En effet, il serait dommage que votre banque refuse votre emprunt parce que votre assurance n’apporte pas les garanties nécessaires.

Pour en savoir plus :

Afficher
Cacher