page hit counter

Le solde intermédiaire de gestion : une question d’interprétation

En entreprise, il est essentiel d’avoir la maîtrise de ses données. Au nombre de celles-ci, les soldes intermédiaires de gestion apparaissent en tête de liste. Veiller à une bonne décomposition de son solde intermédiaire de gestion permet une meilleure compréhension de la manière dont le résultat a été trouvé. Découvre avec nous comment procéder pour interpréter les soldes intermédiaires de gestion d’une entreprise.

La marge commerciale (M)

La marge commerciale est l’indicateur le plus pertinent dans le cas d’entreprises commerciales. En effet, il sert principalement pour les entreprises dont l’activité est la revente de marchandises en l’état. Faire un suivi de la marge commerciale, c’est le meilleur moyen pour améliorer la rentabilité de votre entreprise et continuer à être performant.De manière plus précise, elle correspond à ce qui se dégage de la différence entre les ventes et les achats de marchandises, modulées plus ou moins par la variation des stocks.

A découvrir également : Pourquoi acheter dans l’immobilier neuf ?

Lorsqu’on l’analyse, cela permet d’adapter les prix de vente par rapport aux prix d’achat. En outre, on pourra aussi situer votre entreprise par rapport à la concurrence, en la comparant avec la moyenne des marges commerciales des entreprises du même secteur. Il est donc perçu comme l’indicateur le plus pertinent dans le cas d’entreprises commerciales.

La valeur ajoutée (VA)

Cette donnée représente le volume de la richesse produite par l’entreprise au cours d’une période déterminée. Il s’agit là de la plus-value ou de la création de richesse que va apporter l’entreprise dans le produit qu’elle propose aux tiers.

A découvrir également : Immobilier: En savoir plus sur la loi Pinel

Non seulement la valeur ajoutée permet d’analyser la santé de l’entreprise, mais elle doit aussi lui permettre de rémunérer les acteurs. Il est question des acteurs ayant contribué et  ayant permis cette création de richesse (les salariés, les associés, les banques, l’État, …). Il faut savoir que cet indicateur sert principalement d’assiette à la TVA et sert au calcul de la CVAE (contribution sur la valeur ajoutée de l’entreprise).

L’excédent brut d’exploitation (EBE)

Grâce à ce solde, on peut avoir une réelle appréciation sur la rentabilité économique de votre entreprise. En effet, ceci sera possible, car il exclut les politiques de financement et d’investissement et offre ainsi une lisibilité sur le caractère rentable de l’activité propre à l’entreprise.

C’est la raison pour laquelle son montant doit être suffisamment élevé pour permettre à l’entreprise d’assurer la couverture de ses charges financières. Il doit également lui permettre le renouvellement de ses immobilisations, le paiement de l’impôt sur les bénéfices, l’attribution de dividendes aux associés et l’autofinancement de l’entreprise.

Si cet indicateur  est négatif, on dira qu’il y a cas  d’insuffisance brute d’exploitation (IBE). En réalité, L’IBE révèle alors que l’entreprise est dans une position délicate. Tout ceci parce que  ce solde ne prend pas encore en considération les dépenses liées à ses investissements et à son financement.

Récapitulatif sur les soldes intermédiaires de gestion 

On peut déjà aboutir aux déductions qui suivent :

  •       Chiffre d’affaires- Coût d’achat des marchandises = Marge commerciale
  •       Marge commerciale – Charges externes et autres charges externes = Valeur ajoutée
  •       Valeur ajoutée – Impôts et taxes – Charges de personnels = L’excédent brut d’exploitation (EBE).

Il faut  donc partir de la marge commerciale pour aboutir à la valeur ajoutée et s’en servir pour obtenir l’excédent brut d’exploitation.

Le résultat d’exploitation

Le résultat d’exploitation représente la performance nette d’exploitation de l’entreprise dans la mesure où il ne tient pas compte de la politique financière. Toutefois, il devra rester influencé par la politique d’amortissement des investissements.

Le résultat courant avant impôt 

Ce dernier permet de mesurer la performance des activités d’exploitation et financière de l’entreprise. À l’opposé du résultat d’exploitation, il reflète la politique de financement dans la mesure où il tient compte du résultat financier.

Le résultat exceptionnel

Il permet d’indiquer le résultat sur les opérations à caractère exceptionnel et non récurrent, c’est-à-dire qui ne se rapportent pas au cycle normal d’exploitation de l’entreprise. Grâce à lui, on peut avoir un aperçu sur la politique de désinvestissement de l’entreprise, ce qui est par exemple le cas lorsque l’entreprise vend certains de ses actifs.

Le résultat net de l’exercice

Pour terminer, le résultat net est ce qui reste à la disposition de l’entreprise après le versement de la participation des salariés et de l’impôt sur les bénéfices.