page hit counter
Dernière nouvelles

Pranarom : précautions dans l’emploi des huiles essentielles

L’importance des huiles essentielles Pranarom

On appelle huile essentielle (HE) et des fois essence végétale le liquide concentré avec des composés odoriférants d’une plante. Ce liquide contient des substances très concentrées en molécules actives. Ces molécules connues également sous le nom de substance active ou principe actif, sont des éléments dont la présence dans les médicaments leur confère des effets thérapeutiques. Toutefois, toute molécule active, en soi, peut avoir des effets bénéfiques ou nocifs. Les HE Pranarom peuvent être employées à l’état pur, à condition de respecter quelques principes de base et uniquement dans des cas bien précis. L’avis d’un professionnel de santé spécialisé dans l’aromathérapie ou de votre médecin traitant peut être nécessaire avant l’utilisation de certaines HE.

Les propriétés des HE Pranarom

Les HE Pranarom possèdent des propriétés thérapeutiques incontestables, mais la prudence demande de respecter scrupuleusement les dosages et les modes d’absorption (par diffusion atmosphérique, par inhalation humide, diluée dans l’eau du bain et par friction ou massage) conseillés à chaque situation.

Les HE Pranarom agissent avec efficacité dans la majeure partie des domaines de la santé. On mettre en exergue dans cet article leurs les plus connues dont découlent les indications d’usage.

Les propriétés antibactériennes des HE ont été maintes fois prouvées par le biais de la recherche scientifique. Certaines HE comme le ravintsara, l’eucalyptus globulus ou la sarriette des montagnes ont un pouvoir antimicrobien plus important que d’autres HE.

Les virus sont à l’origine de nombreuses pathologies dont les réponses pharmaceutiques classiques contre un certain nombre d’entre elles sont encore assez limitées. On dénombre plus d’une dizaine d’HE aux propriétés antivirales. L’HE de citron, d’eucalyptus radié et le ravintsara sont indispensables en automne et en hiver.

L’usage abusif des antibiotiques a créé un terrain favorable au développement de nombreuses infections fongiques. Les propriétés antifongiques des HE comme le clou de girofle ou encore le romarin cinéole sont très efficaces contre les mycoses.

Certaines substances présentes dans les HE, comme les alcools monoterpéniques, sont très efficaces contre les parasites. On peut citer à titre d’exemple les HE de cannelle, clou de girofle et niaouli.

Les HE riches en alcools et oxydes terpéniques possèdent des propriétés antiseptiques. L’eucalyptus radiata est souvent employé pendant la période hivernale pour assainir l’air ambiant.

Les HE telles le géranium rosat, le gingembre ou encore le poivre noir possèdent des propriétés anti-inflammatoires et sont fréquemment utilisés pour traiter des troubles articulaires inflammatoires, des tendinites, des bursites, etc.

Les HE ont une affinité spéciale pour le système nerveux. Elles agissent comme des calmants, facilitateurs du sommeil et antispasmodiques : poivre noir, lantanier, ylang-ylang, etc.

Les HE agissent également sur l’appareil cardio-circulatoire :

  • En augmentant la tonicité des parois veineuses et facilitant ainsi la circulation du sang : eucalyptus, palmarosa…
  • En augmentant la tension artérielle en cas de besoin : eucalyptus citronné ou ylang-ylang.
  • En détruisant les cailloux présents dans le sang par son action fibrinolytique :  hélichryse.
  • Comme une pince hémostatique en arrêtant des hémorragies :  hélichryse.
  • Etc,

Quelles précautions doit-on prendre dans l’utilisation des HE ?

Les conseils d’utilisation des HE Pranarom peuvent varier sensiblement d’une huile à une autre. J’aborderais ici les précautions d’ordre générale. Pour les recommandations particulières, je vous invite à lire les indications de chaque huile.

Ne jamais administrer une HE sur un enfant âgé de moins de 36 mois sans avoir consulté votre médecin au préalable.

Ne jamais utiliser des HE sur les femmes enceintes ou pendant la période d’allaitement avant d’avoir consulté votre médecin. Des HE comme l’eucalyptus à cryptone, la lavande aspic, le romarin à camphre, la sauge officinale, le romarin à verbénone, la menthe pouillot… peuvent avoir un effet abortif. D’autres huiles comme la menthe poivrée ou l’hélichryse italienne ont la propriété d’arrêter la montée de lait.

Ne jamais utiliser une HE avant de pratiquer un test allergique : appliquez une goutte d’HE mélangée à une goutte d’huile végétale (nigelle, cumin noir, germe de blé, noyau d’abricot, etc.) et attendez 24h pour toute éventuelle réaction allergique.

Ne vous exposez jamais au soleil ou à des UV après avoir utilisé des HE photosensibilisantes comme, par exemple, l’HE de citron de Ceylan, la mélisse, bergamote, la mandarine feuille ou encore le pamplemousse zeste, car elles peuvent entraîner des réactions cutanées plus ou moins fortes : des tâches brunes sur la peau ou des coups de soleil.

Ne jamais verser les HE directement dans votre bain sous peine de causer des brûlures cutanées. Elles doivent être toujours diluées avec des excipients adaptés : le miel qui permet d’hydrater et adoucir la peau, le sel de mer excellent pour la reminéralisation de la peau, un savon liquide neutre, du lait en poudre, etc. Vous pouvez utiliser aussi des dispersants chimiques vendus en pharmacie plus faciles à utiliser mais qui n’apportent aucun bénéfice à la peau.

Ne jamais boire de l’eau en cas d’ingestion accidentelle d’une HE. Ingérez plutôt une huile végétale et vomissez si possible. Puis, contactez immédiatement le centre anti-poison.

Ne jamais laisser les flacons d’HE à portée de main des enfants.

N’hésitez pas à demander l’avis de votre médecin ou d’un aromathérapeute avant d’utiliser une HE.

Les HE Pranarom peuvent avoir, soit une action curative soit un effet préventif sur notre organisme. Il est donc indispensable de diagnostiquer correctement le mal à soigner afin de choisir l’huile la plus adaptée et le mode d’application le plus efficace.

Afficher
Cacher