page hit counter

Le business des calendriers annuels se porte bien

 

Le calendrier n’est plus ce qu’il était, plus qu’un simple carton, c’est devenu un vrai business. Les calendriers classiques comme celui des pompiers et des facteurs existent toujours, mais depuis l’arrivée du fameux calendrier ‘‘les dieux du stade’’, on assiste à une montée en flèche des types de calendrier, devenant de plus en plus variés d’année en année. En terme de chiffre, ils ne pipent pas mots, toutefois chaque année ce sont des millions d’exemplaires qui sont vendus. Comme dans les années précédentes, pour le calendrier Excel 2015, beaucoup se sont prêtés au jeu. Si pour certains, l’argent est utilisé pour la bonne cause, pour d’autres, cela devient un business qui rapporte.

A lire également : Les objets publicitaires personnalisés pas cher pour son entreprise

Le petit business du facteur

Parmi les calendriers annuels, l’almanach de la poste est sans aucun doute le plus ancien. Les facteurs achètent les calendriers qu’ils redistribuent à leurs clients. En effet plus qu’une simple dotation de calendriers, les facteurs reçoivent en retour des dons plutôt épatants. L’administration ne réagit pas et tolère ces pratiques. Les facteurs peuvent se faire ainsi une grosse somme d’argent qui peut rembourser leur achat et leur fournir un bénéfice pas des moindres. De quoi passer une fin d’année comblée si on sait que chacun peut vendre plus de 500 calendriers avec des dons pas petits du tout. Malin le petit facteur !

Effet boule de neige !

En 2001, surpris ! Tout le monde l’avait été en découvrant les photos des rugbymen dans un registre bien particulier. Le stade français a étonné plus d’un avec leur calendrier où les beaux gosses montraient leur sculpture. Le calendrier s’est vendu ensuite à des centaines de milliers d’exemplaires au niveau national comme international. Évidemment, rien n’est gratuit, les joueurs touchent une somme onéreuse pour montrer leur barre de chocolat et leur sex-appeal.

A lire aussi : Comment investir dans l'agencement de son magasin ?

L’effet boule de neige agissant d’autres se sont pris au jeu et se sont faits de l’argent dans cette nouvelle méthode de vente de calendriers. Récemment, Nabilla Benattia la Bimbo s’est créée un calendrier spécial sexy, s’en suit aussi les volleyeuses de cannes et leur lingerie fine, les chanteurs, les acteurs. Un véritable business basé sur le charme, mais qui paye, et ce n’est pas les imprimeries qui vont dire le contraire.

Du business pour la « bonne cause »

Les pompiers ont toujours eu un charme particulier et une admiration sans égal qui leur sortait du lot, mais pour leur calendrier c’est beaucoup plus pour la bonne cause. L’argent tiré de la vente des calendriers est reversé aux amicales des pompiers pour venir en aide à leurs familles et à leurs enfants et pour financer certaines activités. Pour la bonne cause certes, mais s’en est pas moins que c’est un vrai business pour les imprimeries surtout avec la demande grimpante des fans des pompiers.
Le calendrier 2015 Excel ne sera pas différent des autres années, il rapportera toujours plus malgré la crise.