page hit counter
Dernière nouvelles

Quel robo-advisor choisir pour épargner de l’argent en ligne ?

Robo Advisor

Les robo-advisors se sont lancés à la conquête du marché français depuis 2012, alors que le concept était déjà apparu aux Etats-Unis en 2008. Quelques fintechs se sont dès lors spécialisées dans le robo-advisoring à l’instar de WeSave, Yomoni, Fundshop, Advize ou encore Marie Quantier. Le choix peut donc se révéler difficile pour ceux qui veulent faire appel aux services d’un « robot-conseiller » pour épargner leur argent en ligne.

Un robo-advisor, qu’est-ce que c’est ?

Le robo-advisor est une plateforme en ligne pouvant prodiguer des conseils financiers à des particuliers ou des entreprises, et pouvant gérer automatiquement un portefeuille d’actifs avec un minimum d’intervention humaine. Le fonctionnement de ces robo-advisors repose sur des algorithmes informatiques.

Tous les robo-advisors ont un objectif commun : démocratiser la gestion financière afin qu’elle soit désormais à la portée de tous les portefeuilles, en appliquant des tarifs beaucoup plus abordables que les réseaux traditionnels. En effet, les particuliers n’ont généralement pas les moyens de faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine indépendant.

Les fintechs américaines ont pour la plupart opté pour une offre 100 % automatisée. Ce qui n’est pourtant pas le cas des acteurs présents en France qui ont recours aussi bien aux algorithmes qu’à un investissement humain. Les offres proposées par chaque fintech varient cependant sensiblement.

Robo Advisor fintech

Fonctionnement d’un robo-advisor

Un robo-advisor se présente généralement sous la forme d’une plateforme web, qui propose aux intéressés de répondre à un questionnaire afin de mieux cerner leur profil. On fait ici référence à un profilage. Il s’agit d’une étape cruciale, qui est d’ailleurs obligatoire, qui permettra au robo-advisor de comprendre les objectifs et la tolérance au risque de chacun. Une allocation préliminaire du portefeuille sera alors proposée après l’analyse des réponses par un algorithme.

En tenant compte de l’évolution des marchés, les robo-advisors se spécialisant dans une gestion conseillée pourront proposer des arbitrages ayant pour but d’optimiser au mieux le rendement du portefeuille géré. Dans le cas d’une gestion sous mandat, les arbitrages seront réalisés de façon automatique et autonome par le robo-advisor. Le souscripteur devra régulièrement alimenter son compte, pendant que le robo-advisor se charge de rééquilibrer son portefeuille.

Des reportings ainsi que des lettres périodiques décrivant l’évolution des marchés et de son portefeuille seront envoyés à chaque souscripteur. Ces derniers pourront toujours faire le suivi de leurs avoirs depuis l’interface en ligne de la fintech. Si besoin, ils pourront effectuer des retraits ou encore des versements complémentaires dans le but d’optimiser leur rendement, en tenant compte des recommandations de leur robo-advisor bien évidemment.

épargne fintech

Gestion conseillée ou gestion déléguée ?

Le choix d’un robo-advisor dépendra essentiellement des besoins de chacun. Certaines fintechs proposent tout simplement une assistance afin d’aider les particuliers à mieux gérer leurs placements. On fait alors référence à une gestion conseillée.

D’autres, par contre, proposent de gérer leur argent à leur place. On parle dans ce cas d’une gestion déléguée. Cette dernière nécessite la signature d’un mandat de gestion donnant l’autorisation à une fintech de gérer un contrat souscrit auprès de cette dernière.

Cette solution est adaptée pour les personnes qui n’ont pas le temps de se charger de leurs finances ou qui veulent tout simplement déléguer cette gestion. Elles pourront toujours faire le suivi de leurs placements grâce aux reportings envoyés régulièrement par la fintech. Elles ne pourront toutefois pas intervenir dans cette gestion. En France, WeSave et Yomoni sont les seuls à proposer la gestion déléguée.

Ceux qui souscrivent auprès de Fundshops ou d’Advize restent libre d’appliquer ou non les conseils et recommandations émis par ces deux fintechs. Ils gardent ainsi complètement la main sur les placements qu’ils ont effectués et peuvent les ajuster en fonction de l’évolution des marchés.

Quel robo-advisor choisir ?

Ceux qui possèdent un capital conséquent, soit plus de 10 000 € auront raison de se tourner vers Yomoni ou WeSave qui pourront prendre en charge la gestion complète de leur épargne. Les personnes qui détiennent une assurance-vie qu’elles cherchent à optimiser pourront choisir Fundshop.

Ceux qui veulent garder un œil sur leur placement lorsqu’ils investissent sur un marché financier pourront s’adresser à Advize ou Marie Quantier, qui se spécialisent dans la gestion conseillée. Ces fintechs n’interviennent pas directement dans la gestion des actifs proprement dits. Elles se limiteront à donner des recommandations aux souscripteurs en fonction de leur profil de risque et en tenant compte de l’évolution des marchés boursiers. Libres ensuite à leurs clients de valider ou non les conseils ainsi donnés.

Les coûts appliqués par les robo-advisors pour la gestion et les interventions sur un portefeuille d’actifs peuvent varier considérablement. Il importe à chacun de choisir un conseiller qui saura combler leurs attentes en tant qu’investisseur. On peut en effet être un acteur actif ou passif des investissements que l’on réalise. Pour gérer son épargne, il faut donc se tourner vers un robo-advisor qui vous ressemble.

Afficher
Cacher