page hit counter

Psychologue pour adolescent: quand, comment, pourquoi?

L’adolescence, cette période complexe. Nous sommes passés ou passeront toutes et tous par cette étape un jour. Si ce passage obligé constitue pour certain une simple formalité, pour d’autre, il s’apparente davantage à un véritable parcours du combattant. Quête de soi, angoisses, remises en question, rébellion, perte de confiance,… le chemin qui mène l’enfant à l’âge adulte est parfois semé d’embûches. Vous ou votre enfant se sent désarmé face aux obstacles de la vie? Un psychologue peut être la solution. 

Quand le dialogue ne suffit plus ou n’est pas possible

Parents

Votre adolescent semble ne pas pouvoir surmonter seul les événements auxquels il est confronté? Il se renferme chaque jour un peu plus sur lui-même? Vous le sentez attristé, à la limite de la dépression? Le dialogue entre vous n’est pas possible? Peut-être le temps est-il venu de lui soumettre l’idée de faire appel à une aide extérieure…

A lire en complément : Les dangers potentiels de l'épilation au laser

Adolescent

Vous n’osez ou ne pouvez pas parler de vos problèmes à vos parents? Vous vous sentez englué dans un espèce de marasme indomptable? Vous aimeriez comprendre ce qui vous arrive? Le psychologue pour adolescent peut être la clé.

Parents et adolescent peuvent émettre l’idée de consulter un psychologue. Si l’initiative provient de l’adolescent, veillez, parents, à accepter cette demande sans jugement, sous peine de braquer davantage votre enfant.

A lire également : L’huile de crocodile : votre partenaire santé

Si, en revanche, l’idée vient des parents, veillez à prendre des pincettes au moment de la soumission. Le moment doit être particulièrement bien choisi. Hors de question, par exemple, de lancer cette proposition au beau milieu d’une dispute.

Quel que soit le camp d’où provient cette initiative, le moment peut être propice au dialogue…

Dédramatiser

À l’heure actuelle, si les mentalités évoluent chaque jour davantage, les réactions négatives en provenance de l’entourage demeurent nombreuses quant au fait de consulter un psychologue. La psychologie et les différentes maladies mentales restent encore bien liées dans l’imaginaire collectif. Il est donc nécessaire de dédramatiser la chose: non, consulter un psychologue ne signifie pas être fou. Il n’y a nullement besoin d’en avoir honte. Au contraire, prendre sa vie en main, tenter de régler les problèmes auxquels on fait face et ne pas avoir peur de demander de l’aide constituent une certaine forme de courage dont tout le monde n’est pas capable.

Quoi qu’il en soit, courage et bonne chance! 😉