page hit counter
News Ticker

Les destinations à voir lors d’un voyage écotouristique à Madagascar

L’île Rouge, mieux connue sous le nom de Madagascar, est un état insulaire d’Afrique. En effet, il ne cesse pas de faire rêver les amoureux de la nature par sa biodiversité remarquable et ses paysages exceptionnels. Cette contrée recèle aussi de magnifiques aires protégées où les écotouristes auront l’occasion de vivre des aventures mémorables.

Parmi les joyaux verts à explorer dans ce territoire, il y a le parc national de Ranomafana. Cette réserve d’une superficie de près de 416 km² se situe au sud-est de Madagascar, à 65 km de la ville de Fianarantsoa. Elle est réputée pour sa forêt tropicale humide qui pullule de nombreuses espèces rares et endémiques.

Dans ce havre de paix, les globe-trotters peuvent s’adonner à une randonnée avec un guide local. Cette activité permettra aux vacanciers d’admirer plusieurs variétés de plantes. Comme par exemple les Apocynaceae, les Euphorbiaceae, les Mysrtaceae ainsi que diverses orchidées. Elle donnera aussi aux routards la chance d’observer des lémuriens et des oiseaux en voie de disparition. Comme le vanga de Pollen, le brachyptérolle leptosome, le grand Hapalémur et l’avahi laineux. Une escapade au parc national de Ranomafana est également une opportunité de se détendre dans les sources thermales de cette région. Ces eaux possèdent des vertus curatives.

Le parc national de Marojejy, une perle écotouristique de Madagascar

Le parc national de Marojejy est une adresse à ne surtout pas manquer durant un séjour en Afrique. Ce havre de paix couvrant 555 km² du massif du Marojejy se trouve dans la région de la Sava, au nord-est de l’île Rouge. Il est réputé pour sa biodiversité exceptionnelle qui a longtemps fasciné les scientifiques et les écotouristes du monde entier. Il possède une des plus riches végétations de Madagascar. En effet, cette aire protégée regroupe à elle seule, quatre types fondamentaux de forêt. En explorant ce site remarquable, les vacanciers auront l’opportunité de voir de nombreuses variétés de plantes. À l’instar des Araliaceae, des Balsaminaceae, des Clusiaceae et des Melastomataceae.

Les amoureux de la nature pourront également y photographier plusieurs espèces d’oiseaux et de reptiles. À l’exemple du Calumma peyrierasi, du Brookesia karchei, de l’Eutriorchis astur, du Terpsiphone mutata et de l’Euryceros prevostii.

Par ailleurs, un trek sur les pistes de randonnée de cette réserve est une occasion pour les estivants d’observer le propithèque soyeux. Ce lémurien de la famille des indridés est une des 25 espèces de primates les plus menacées au monde. Il figure aussi sur la liste des 100 espèces les plus menacées de toute la planète.

Le parc national de Masoala, un sanctuaire sauvage de Madagascar

Le parc national de Masoala est une destination immanquable pour les écotouristes lors d’un voyage de découverte sur l’île Rouge. D’une superficie d’environ 2 355 km², cette aire protégée est la plus vaste du pays. Elle se situe sur la presqu’île granitique de Masoala, au nord-est du territoire. Elle est constituée de 4 parcelles de terre ainsi que de 3 zones marines. Ce havre de paix est considéré comme le dernier vestige de la forêt ombrophile dense qui recouvrait autrefois Madagascar.

Dans ce site, les amoureux de la nature pourront admirer de nombreuses variétés de plantes endémiques comme le Nepenthes masoalensis et le Dalbergia maritima. Les touristes auront également l’occasion d’observer plusieurs espèces d’animaux, à l’instar de l’Uroplatus fimbriatus, du Chrysiridia rhipheus, du Tyto soumagnei, du Dyscophus antongilii et du Varecia variegata rubra. En outre, les aventuriers qui explorent cet endroit ont la possibilité de faire de la plongée à Tampolo, à Ambodilaitry ou encore à Ifaho. Ces trois réserves marines servent de refuge à des requins récifaux, des raies et des concombres de mer. À titre d’information, les vacanciers qui veulent visiter Masoala doivent être accompagnés par un guide agréé par le parc.