page hit counter
Dernière nouvelles

Cerveau et nourriture : un lien avéré

cuisiner sainement

Notre cerveau est une machine incroyable : grâce à lui, nous respirons, nous pensons, nous digérons, notre cœur bat et tout cela, sans notre intervention consciente. Il fonctionne donc sans arrêt, même lorsque nous dormons.

Dans une société où le culte du corps est roi, les nombreuses recommandations alimentaires sont souvent concentrées sur la recherche de la perte ou de la prise de poids, ainsi que sur la santé des organes ou des différents systèmes (hormonal, digestif ou immunitaire). Cependant, la nourriture a également un impact significatif sur la santé mentale, bien souvent négligée dans nos sociétés modernes. Mais quel est donc ce lien entre les aliments que nous ingérons et notre cerveau ? La science a déjà répondu à cette question !

Le cerveau a besoin d’énergie

Le cerveau est un organe très énergivore. En effet, bien qu’il ne représente que 2 % de notre poids corporel, il consomme à lui tout seul près de 20 % de l’énergie totale en oxygène et en nutrition. C’est pourquoi on peut remarquer que lorsqu’on mange trop peu, le corps sera fatigué certes, mais le cerveau sera affecté également, d’où l’impression de brouillard que l’on peut ressentir lorsqu’on a très faim. De plus, contrairement aux muscles, le cerveau ne possède pas de réserves d’énergie, sous peine de prendre encore plus de place et de venir complexifier les connexions neuronales : c’est pourquoi un manque d’oxygène ou de nutriments peut venir sérieusement l’endommager.

Parmi tous les nutriments dont il a besoin, les glucides sont essentiels au bon fonctionnement du cerveau. En effet, celui-ci est gluco-dépendant, c’est-à-dire qu’il a besoin de sucres (lents et rapides) pour fonctionner correctement. On estime qu’il a besoin en moyenne de 120 grammes de glucides par jour, ce qui représente la moitié de ce que l’on consomme.

Sachant cela, il est donc important de manger des aliments sains pour maintenir un équilibre fructueux et permettre à notre cerveau de fonctionner correctement. Un excès de nourriture raffinée et transformée peut venir impacter l’humeur ou la santé mentale. Mais quelles sont les préconisations en la matière ?

concentration

Comment les aliments impactent notre cerveau

C’est un mécanisme particulièrement complexe qui est à l’œuvre. En effet, le processus de digestion crée de la sérotonine, un neuromédiateur qui aide l’organisme à réguler à la fois le sommeil, l’appétit et l’humeur. Dans notre intestin se trouvent également des neurones, qui participent à la gestion des émotions. Tout cela ne peut fonctionner correctement que grâce à une flore bactérienne saine et des aliments qui ne créent pas d’inflammation trop importante. C’est pourquoi il est important de ne pas abuser des sucres industriels ou des plats bourrés d’additifs qui peuvent venir bouleverser cet équilibre fragile. Des scientifiques ont d’ailleurs démontré qu’un régime méditerranéen faisait diminuer le risque de dépression de 33 %, ce qui est une preuve que l’alimentation a un impact significatif sur la santé mentale.

Les aliments à favoriser

Les sportifs, les universitaires et même les joueurs professionnels de poker savent qu’une alimentation saine joue sur les capacités de concentration. Que ce soit avant un tournoi ou avant une conférence, ce que l’on va ingérer sera essentiel !

Le cerveau étant une machine incroyable, il vaut mieux donc privilégier des aliments sains et avec de bonnes qualités nutritives, plutôt que des aliments transformés et avec un taux trop élevé en sucres et en graisses nocives. Exit donc les fast-foods et les sucreries : il faut se concentrer sur des aliments bruts ! Légumes, poissons, viandes, glucides (pain, pâtes, riz…) et huiles végétales sont donc à privilégier. Pour cela, rien de tel que de cuisiner soi-même de bons plats bien assaisonnés, où vous pourrez ainsi maîtriser ce que vous souhaitez y mettre et ce que vous voulez éviter.

Bien entendu, il ne s’agit pas de tout changer du jour au lendemain. Ces modifications doivent se faire au fur et à mesure : un peu moins de caféine, un peu moins d’alcool et un ajout progressif de fruits et de légumes dans votre alimentation. Votre corps vous remerciera, certes, mais vous verrez également une amélioration significative de votre humeur et de votre santé mentale !

Afficher
Cacher