page hit counter

Echanges avec Richard Vainopoulos, président de Tourcom

Tourcom compte à ce jour près de 5000 points de vente en Europe grâce aux accords passés avec Avitour et RTK. Le réseau opte pour le développement de nouveaux produits, à l’instar de ses partenaires.

Quelle est l’étendue du réseau Tourcom aujourd’hui ?

Nous avons actuellement plus de 4000 points de vente répartis dans 11 pays, notamment grâce à notre collaboration avec le premier réseau belge, Avitour, et le réseau européen RTK. Nos échanges avec eux sont très importants. Pour ce qui est de la France notre chiffre d’affaires a atteint 2,4 milliards d’euros pour 800 points de vente. Plus de 65% de ce volume concerne la partie business.

A lire également : Partir en vacances à la Réunion : comment bien s'organiser ?

Quel est votre objectif avec cette internationalisation du réseau ?

Les partenariats nous permettent de miser ensemble sur de nouveaux produits. Les autocars Flixbus de RTK, par exemple, profitent aux agences de voyage qui les vendent facilement. Les agents frontaliers ont ainsi la possibilité de proposer des TO dans les pays voisins entre la Belgique, la France et l’Allemagne. Dans une optique de développement, nous avons également signé une participation à 50% avec Aerticket basé en Allemagne, le spécialiste en offres aériennes BtoB. Aerticket France assure pour sa part le traitement des tarifs particuliers grâce à deux personnes affectées au siège pour assister les vendeurs. Bref, les accords européens ouvrent des opportunités de développement autrement plus intéressantes que le fait de s’associer entre français, à l’exception de Manor en business.

Qu’en est-il de Tourcom Réceptifs ?

Le volume d’affaires devient nettement plus important, avec 40 millions d’euros cette année contre 22 millions l’an dernier. Tourcom compte toujours 90 réceptifs répartis dans 70 pays. Ces chiffres attestent de la confiance des agents de voyage qui réalisent des bénéfices appréciables sans léser les tour-opérateurs. La part du tour operating augmente d’ailleurs de 2%, même avec Fram que nous ne vendons plus.

Lire également : Que visiter en Andalousie ?

Donc, vous ne pensez pas à référencer Fram ?

A cause des pertes, ce n’est pas envisageable. Aujourd’hui la plupart des agences ont arrêté de les vendre, jusqu’aux Ambassades. En région, il existe désormais plusieurs fournisseurs disponibles pour les agences de voyage, favorisant la concurrence.

Et Selectour ?

Bon courage à eux !