page hit counter

France: Augmentation des prêts à la consommation en 2014

Les crédits à la consommation (qu’on connait également sous le nom « prêt personnel » ou de « prêt à tempérament ») ont connu un léger regain de production au cours de l’année 2014 (+1,2%) et les prévisions sont optimistes pour l’année 2015. Toutefois, la production de ces prêts à la consommation restera loin du pic atteint en 2008.

En 2008, avant que la crise ne frappe l’Europe de plein fouet, environ un ménage français sur trois avait un crédit à la consommation en cours (33,8% de la population pour être exact). Mais depuis lors, le nombre de souscription à ces crédits n’a cessé de diminuer au point qu’à l’heure actuelle, il n’y a plus qu’un ménage français sur quatre (25,6%) qui a un crédit à tempérament en cours !

Lire également : Label RSE : sur quels critères est-il délivré ?

Sur le même laps de temps, la manne de crédits à la consommation en cours a également chuté de près de 10 milliards d’euros pour atteindre aujourd’hui le total de 35,4 milliards d’euros.

Une stabilisation de la production en 2014

Les statistiques financières de 2014 laissent présager de meilleures perspectives pour l’avenir des agences bancaires puisque, après trois années successives de baisse de production de prêts à la consommation, l’année 2014 a enregistré une légère hausse (+1,2%) d’après l’ASF (Association française des Sociétés Financières).

A lire également : L'agenda professionnel au quotidien

Mieux: d’après cette association, l’amélioration devrait se poursuivre en 2015 même si l’année n’a pas démarré sur les chapeaux de roues en termes de production de crédits. En effet, sans doute en partie à cause des attentats des 7 et 9 janvier dernier, la production de crédits a chuté de 4,9% en janvier 2015 par rapport à la même période en 2014. Mais les perspectives pour la suite de l’année sont bonnes car on perçoit actuellement des signaux de redressement: la conjoncture semble s’améliorer, le moral des ménages remonte petit à petit, les ventes de voitures sont relancées, etc.

Bref, des conditions idéales pour voir la production de crédits à la consommation repartir à la hausse cette année !

Pour aller plus loin sur le sujet, rendez-vous sur Le Figaro.fr !